REX du gain de 5000m de David

David a bien voulu nous faire partager son expérience lors de son vol du 10 février. Voici son récit:

Bonjour,

Je vais vous décrire le vol du 10/03/2019.
Ce matin comme souvent, j’appelle Mathias pour discuter de la météo et avoir son avis : il m’indique après consultation des mailles fines qu’à 7 000 m il reste encore 2 m/s dans la zone de la Roche Blanche. Nous sommes d’accord qu’à part le gain de 5000, envisagé depuis longtemps, il n’y a rien d’autre à faire, un trou de Foen sur Champeix vers 15 h 00 serait prévu par AEROWEB.


Je téléphone à la Tour de Clermont pour les prévenir de mes intentions: je leur précise que cet après-midi avec mon planeur F-CEDQ, je voudrais faire un vol de performance et monter au FL225 ( 6950 m QNH 1023) pour un gain de 5000 m dans le cadre du badge 3 diamants.


Le contrôleur très  courtois me dit qu’il n’y a pas de soucis pour le niveau FL145, mais qu’au dessus cela dépend de Marseille, donc il ne peut pas me confirmer l’autorisation du 225.


11h00 : appel téléphonique a Pierre verdier: je lui demande de venir me remorquer pour 14 h 30, bien que je sois le seul inscrit merci à lui.


13h00 : départ pour l’aérodrome d’Issoire.


13h45 : sortie du planeur, préparation de la machine et mise en piste, ouverture du secteur onde par téléphone.


14h25 : décollage – au début le remorqué est  tranquille, puis vers le pic d’Ysson la pluie jusque vers Champeix et le remorquage devient plus turbulent, mais le trou de Foën est devant vers Montaigut le blanc. Arrivé à sa hauteur toujours dans le sous- ondulatoire, je regarde l’altimètre qui m’indique 1600 et là je me dis que pour passer dans le laminaire il va encore falloir monter 200 à 300 m de plus, donc 1800/1900m : cela va fortement compliquer la réalisation du vol. Il faudra monter au-dessus du FL 225 et je me dis que Marseille risque déjà de refuser celui ci alors au dessus? Je prends donc la décision de me larguer (1700m) ; je me rapproche d’un rotor, sors les AF et descends à 1600 environ pour marquer le largage sur la trace afin que le différentiel de hauteur soit plus significatif, et commence à spiraler. Le vario est anémique mais ça monte doucement, j’arrive à passer dans le laminaire, je me rapproche de Clermont, à ce moment- là le vario devient sympa : 2.5-3 m/s. Je demande le niveau FL140 (4350 m) à Clermont, la montée est assez rapide. Arrivé au FL140 je recontacte  Clermont et demande le FL 225 en expliquant bien que c’est pour un vol de performance, la contrôleuse me notifie que cela dépend de Marseille de maintenir le FL 140 et qu’elle va négocier pour moi avec eux. Je trouve la réponse un peu longue à venir et je commence à me penser “ils ne vont pas accepter  ” puis la  contrôleuse me dit de passer avec Marseille sur 128.325 et de renégocier ma demande avec eux. Une fois sur la fréquence j’attends une disponibilité (beaucoup de transits en cours) puis je me lance, me présente et refaits ma demande du FL 225 , dans un premier temps l’accord est donné pour le FL190 (5874 m). Arrivé vers le FL 150 (4655 m) le vario faiblit 0.5m/s, j’avance face à l’ouest pour essayer de retrouver un vario correct, celui-ci fini par passer à 1m/s, le contrôle me recontacte et m’accorde le FL220 (6789 m), je collationne la clairance et je me dis: « tu redemanderas le FL225 quand tu seras au FL220 » .Arrivé au FL 190 je commence à faire le yoyo entre le FL187 et FL 190 et me dit que c’est loupé, que ça ne va pas le faire, un coup d’oeil sur le calculateur : vitesse du vent 140 km/h du 285° vitesse sol – 20km/h, il faut que j’accélère je suis en train de reculer, pas facile de se positionner  correctement la barre est plus basse et pas de lenticulaire au dessus dans le même temps le contrôle me transmet “pour assurer votre vol je vous autorise le FL 225” ouf, un poids de moins et c’est sympa de leur part et pas besoin de renégocier ; enfin je retrouve une position correcte et le vario affiche 1m – 1.5m/s comme ça jusqu’au FL225, puis descente au FL 140.

Un grand remerciement au Contrôle de Marseille pour les clairances. Retour avec le contrôle de Clermont : je suis au KM 20 du terrain et vers celui ci la couche est fermée, je finis par apercevoir un trou vers le KM 12 (Boudes) je me rapproche en passant par dessus la couche. Une fois dans le trou, je spirale et sors les AF pour descendre au niveau 100, je quitte avec Clermont et leur dis un grand merci pour leur service. Je passe sous la couche vers1300/1400m, une fois posé, le planeur immobilisé, là : ça y est , le gain 5000 m est réussi, reste à le faire homologuer…

J’espère que ce récit vous aura plu et pourra vous apporter des éléments constructifs dans ce type de configuration.

Merci à tous.

DAVID

2 commentaires sur « REX du gain de 5000m de David »

  • Superbe article, on le vis presque, ça me rappelle le mien il y a longtemps à l’époque ou les règles étaient beaucoup moins strictes..et avec un barographe qui, soit tombait en panne d’encre ou s’arrêtait tout simplement.
    J’ai raté quelques essais avec ce genre de problèmes!
    Félicitations encore.
    Guy Rousseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *